AMIGA 1000 (1986)

               

    En débarrassant mon grenier, j'ai réuni mon vieux stock de reliques rescapées de ma période Amiga : Un Amiga 1200 Tower, un Amiga 3000, un Amiga 500 et... un Amiga 1000 ayant appartenu à un de mes oncle. J'ai eu un flash! On va refaire vivre cet icöne de l'informatique moderne ! Premier réflexe: Mise en route. Branché à un moniteur 1702 de commodore 64 (grillé depuis), le test est concluant... mise à part une odeur de chaud! L'électronique qu'on réveille après 25 ans n'apprécie pas trop. J'ai revendu tous les autres Amiga pour commencer ma reconstitution d'une configuration complète Amiga 1000.   

C'est un des premiers modèle qui date de 1986. A l'intérieur du capot on peut voir la signature des différentes personnes qui ont participés à la naissance de l'Amiga. On voit même la patte du chien de Jay Miner, le chef de ce projet.
Après un bon dépoussiérage, nettoyage des contacts, nettoyage du clavier (la moitié des touches ne fonctionnait plus à cause de l'oxydation), l'Amiga commence sa deuxième vie.


   

 
  CARACTERISTIQUES

Processeur : Motorola 68000 32 bits (bus interne) 16 bits (bus externe) @ 7 Mhz [13300*] Memoire vive (RAM) : 256 Ko, extensible à 8 Mo [4096*]  
Sur mon modèle 1,5 Mo  [682*]  
 Memoire morte (ROM) :  8Ko + 256Ko réservée au Kickstart (="Bios" d'un PC) chargé au démarrage via une disquette. [4096*] Puce graphique : Chipset "OCS" - 352X576 pixels 32 (64 avec le mode Half Brite) couleurs ou 704x576 16 couleurs parmis 4096. Résolution HAM (Hold & Modifiy) permettant 352x576 en 4096 couleurs avec contraintes de proximité [1916*]
Stockage :  Lecteur disquette 3,5 pouces 880 Ko formaté.
Sur mon modèle, disque dur de 105 Mo  [633*]  
Puce sonore : Chipset "paula" -  8 bits 4 voies stéréo. DMA
Système d'exploitation :
 AmigaOS 1.0  - Sur mon modèle AmigaOS 1.3
Interfaces : - Sortie vidéo DB25 analogique 14 Khz
- Sorties audio RCA stéréo
- Sortie antenne RF pour télévision
- Sortie RCA vidéo composite
- Deux ports joystick /souris
- Sortie lecteurs disquettes externes
- Sortie série RS232 DB25
- Sortie parallèle centronics DB25
- Port d'extension 68000 (extension mémoire/carte accélératrice/disque dur..)
- Port d'extension mémoire
- Connecteur clavier

* La valeur équivalente d'un iphone 5 de 2013 est [x] fois plus grande.

  HISTOIRE

Il faut tout de suite planter le décors. En 1985, le marché de l'informatique est basé sur des micros-ordinateurs familiaux 8bits, sur des IBM PC (et compatibles) plutôt austères et un petit nouveau révolutionnaire: le Macintosh apparu un an avant.  
- Les ordinateurs 8 bits offrent une ludothèque impressionnante, ne sont pas cher mais restent limités aux jeux et quelques rares autres applications (dessin, traitement de texte, petites bases de données...). Certains entrent même dans le monde de la "télématique", notamment L'EXL 100 d'Excelvision qui propose d'interconnecter des ordinateurs entres eux via la ligne téléphonique. Précurseur mais échec commercial (trop tôt?).
-Les PCs sont des spécialistes du boulot: Bases de données, traitements de texte et tableurs. Tout ceci sous DOS avec un ecran texte, très souvent en monochrome. Ils fonctionnent avec des processeurs 16 bits et le 80386 32 bits d'intel est dans les cartons.
- Apple a sorti son fameux Macintosh. 128Ko, 68000 32 bits, souris, bureau, corbeille, fenêtres... ça vous dit quelque chose? Nous sommes aux débuts de l'informatique telle que l'utilisateur lambda connait actuellement. Seulement, le Macintosh est horriblement cher et ne dispose pas d'écran couleur. Microsoft, qui suit la vague, sort Windows 1 qui est, en fait, une interface graphique par dessus la couche DOS.


Windows 1.01

    

IBM PC/AT - Macintosh 128 - Amstrad CPC 464

  LA NAISSANCE DE L'AMIGA


L'équipe de développement


Le prototype "Lorraine"
Les 3 cartes qui deviendront les puces spécialisées Agnus(bus), Denise (Graphiques) et Paula (Audio)

  

En 1982 Jay Miner (travaillant chez Atari) est contacté par Larry Kaplan d'Activision qui a pour projet de développer une nouvelle console de jeu. Jay Miner a déjà en tête un projet basé sur le processeur 68000 de Motorola et de développer un jeu de puces graphiques et sonores performantes. Le mode HAM 4096 couleurs simultanées avec seulement 6 bitplans est déjà cablé. Atari ne voulant pas de ce projet, ils créent la société Hi-Toro (qui deviendra rapidement "Amiga Incorporated") et commencent le prototype.

 En janvier 1984, le protoype est exposé à Las Vegas pour attirer les investisseurs. A l'occasion, une petite demo est développée pour faire la démonstration des capacités graphiques: la "Boing Ball demo".  Certains visiteur regardèrent même sous la table pour vérifier que cette débauche de puissance ne venait pas d'un autre système caché ! En août 1984 Amiga Incorporated est rachetée par Commodore.

  
Le développement continue en compétition avec ATARI qui développe l'Atari ST sur des bases similaires et le premier Amiga sortira en septembre 1985 avec un prix de vente de 1300$.



Première présentation mondiale de l'Amiga
   La première présentation mondiale de l'Amiga 1000 a eu lieu le 23 juillet 1985 au Lincoln Center de New York. Ce show avait pour but de montrer le potentiel graphique et musical de l'Amiga tout en conservant un caractère professionnel et bureautique. On y voit même la possibilité de faire fonctionner des programmes natifs pour IBM PC. Commodore n'a pas lesiné sur les moyens: Andy Warhol et Debbie Harry (Blondie) étaient présent pour la démonstration.

Parmis les caractéristiques inédites pour un ordinateur de ce prix, on peut noter:
- Une puce graphique puissante épaulée par des composants permettant une manipulation rapide des objets et écrans (on pouvait faire "glisser" les différents écrans d'une manière très fluide). Un mode graphique nouveau permettant d'afficher 4096 couleurs simultanément au lieu de 32. Tout ça dans des résolutions compatibles avec les signaux vidéos standards : le mode "overscan" permettait de remplir totalement un écran vidéo sans marge.
    Cliquez pour agrandir
Exemple d'image en HAM6 4096 couleurs
(cliquez pour agrandir)


         

- Une puce sonore très performante : Bien que le Commodore 64 était déjà performant pour sa génération, l'Amiga monte d'un cran avec 4 voies stéréo (certains logiciels montaient à 8 voies en partageant la bande passante) et la possibilité de restituer des "samples" de bonne qualité. De nombreux logiciels d'édition de musique ont fleuris  - les "Trackers" - et les créateurs se sont données à coeur joie pour créer des milliers de musiques souvent intégrées à des mega-demos = démonstration de graphismes et musiques.

- Un système d'exploitation rèellement multitâche : A l'époque c'était de la science-fiction... Pourquoi avoir un ordinateur multitâche alors qu'on ne fait qu'une seule chose à la fois ? Le Workbench (l'équivalent de Windows sur PC) permettait de lancer autant de programme qu'on le souhaitait à la fois (dans la limite de la capacité de mémoire). Les différents logiciels se partageaient le temps de calcul de processeur et on pouvait passer de l'un à l'autre en sélectionnant les fenêtres ou en "glissant" les écrans (qui pouvaient avoir des résolutions graphiques différentes) les uns derrières les autres.
    Cliquez pour agrandir
Wokbench 1.0 - 1985
(cliquez pour agrandir)

MON AMIGA 1000

 

- Unité centrale (256Ko) avec extension mémoire A1050 de 256Ko en facade (1986). Nettoyé, remplacement du processeur 68000 grillé suite à des tests d'une carte contôleur SCSI défaillante et d'un disque dur CLTD de 1987.

- Ecran Commodore 1084 mono (1987) - Défaillant, je l'ai fait réparé : il y avait des soudures sèches.

- Lecteur de disquette supplémentaire A1010 (1986) - posé au dessus à droite.

- Extension memoire 2Mo Golem Kupke Ram box (1987) - Boite sur le coté avec petite led rouge. Défaillante sur un contrôleur d'une banque de mémoire, je ne me sert que de 1Mo

- Contrôleur SCSI II et disque dur 105Mo Golem Kupke (1990). Tout à droite, un peu surélevé. Ce modèle était initalement prévu pour un Amiga 500. Je l'ai modifié pour qu'il se connecte sans problème à l'Amiga 1000 (carte contrôleur tournée à 180°)

- Souris d'origine "Tank mouse" (1986)


UTILISATION / LOGICIELS
Dans les limites de ce matériel et de la révision 1.3 de 1987 du système d'exploitation.

La possiblité d'évoluer à l'OS 3.9 de 2001 ouvrait cet Amiga à des logiciels beaucoup plus modernes
(nouvelles interfaces, couche TCP/IP pour l'internet...etc)


Mise en route de l'Amiga 1000 avec son tout premier système d'exploitation:
l'Amiga OS 1.0 de 1985.

L'ordinateur réclame tout d'abord le kickstart qui est transféré via le lecteur de disquette. Cette particularité disparaîtra avec les modèles suivants (Amiga 500, 2000...). Pour changer de kickstart il faudra changer une ROM dans l'ordinateur. Passer par une disquette permet de faire évoluer le système d'exploitation très facilement jusqu'à la version 3.1. Le désavantage est qu'il faut le faire à chaque démarrage à froid de l'Amiga (pas besoin lors d'un reset). Après avoir chargé le kickstart, l'Amiga réclame le Workbench qui va nous ouvrir le bureau de travail.
     



Utilisation de mon Amiga 1000: Boot, Workbench, logiciels 3D et 2D, emulateurs PC & Macintosh,
jeux, demos et quelques-unes de mes réalisations (d'époque!)


Autres copies d'écran

      Cliquez pour agrandir
Emulation MS Windows 2.0
(cliquez pour agrandir)

Cliquez pour agrandir
Image 24bits calculée par REAL3D
(cliquez pour agrandir)

Cliquez pour agrandir
Emulation Macos 6.05
(cliquez pour argrandir)



Période post-Amiga 1000

Je me suis équipé par la suite d'Amiga 3000, 1200 et enfin Amiga 4000 afin de faire de l'image de synthèse (Real 3D V3), bornes interactives et montages vidéo (IV24/Vlab Motion/Movieshop)



AUTRES VIDEOS


Publicité Amiga 1000 (1985)

Publicité Amiga 1000 (1985)

Jeu: Marble Madness (1986)

Jeu: Defender of the Crown (1986)

Jeu: Starglider II (1988)

Jeu: Shadow of the beast (1989)

Démo: 9 fingers (1993) - 2 disquettes

Démo: Drugstore (1995)

 
LIENS

Histoire de l'amiga : http://obligement.free.fr/articles/amiga_histoire_1985.php
Amiga complete history :
http://www.amigahistory.co.uk/ahistory.html
L'amiga est toujours vivant ! :
http://www.amigaimpact.org